Vendre vos livres sur discoo, c’est possible.

Discoo (dont j’avais parlé ici) vient de lancer un nouveau service : elle rachète nos livres (sauf dicos, manuels scolaires) en bon état avec le code ISBN sous le code barre pour identifier le livre sur ce site : http://www.revendre-livres.fr/

« La SAS REINOVA, éditrice du site internet www.discoo.fr propose désormais un nouveau service pour répondre à la demande de nos clients. »

Je viens de tester avec des livres très récents (pas encore lus ^^) et en moyenne ils les estiment à 10% de leur valeur initiale (souvent moins).

Ben oui comme d’hab’, le but à mon avis avec la vente de livres sur internet c’est plus de se libérer de la place que de « gagner » des sous !

« C’est le jeu mon pauvre Lucette !« 

 

Publicités

Vendre ses livres, CD, DVD, jeux vidéos

3 bons plans pour qui veut se débarrasser de ses « vieux » livres, CD, DVD en gagnant 3 francs six sous. Si vous voulez ne pas trop perdre d’argent passez votre chemin et essayez plutôt ebay, priceminister, le bon coin, etc.

Étant plutôt soigneuse en règle générale avec mes objets, je savais que je pouvais les vendre. Ben oui les marchands vous les reprennent une misère, certes mais ils vous les reprennent, et donc ils veulent vos objets nickel…comme neuf…

Moi je voulais surtout gagner de la place et que mes cartons de déménagements (fréquents) pèsent moins lourds, en récupérant entre 0.50 € et 6 € max en moyenne par livres.

Je cherchais donc des sites qui m’indiquent à quel prix ils reprenaient les livres (cd, dvd, jeux vidéos) en insérant uniquement le code ISBN (numéro près du code barre).

3 sites ont retenu mon intérêt (à comparer car certains objets sont mieux repris) :

Momox (en Allemagne) site qui reprend des livres, des CD, des DVD, des jeux vidéos : http://fr.momox.com/

Paiement par virement bancaire uniquement à partir de 10 €. Les divers avis d’utilisateurs satisfaits disent que le paiement se fait rapidement (5-7 jours). Je confirme.

Un avis récent sur momox : http://webilicious.fr/e_business/jai-teste-pour-vous-momox-le-site-qui-rachete-vos-livrescddvd/

1 colis envoyé Momox

 

 

Amazon rachète (livres et jeux vidéos)  notamment de vous payer en chèque-cadeau à réutiliser sur le site Amazon  pendant 1 an (choix pour lequel j’ai opté)

Edit de septembre 2015 : depuis le 31/08/2015 Amazon rachète c’est fini !

http://www.amazon.fr/Amazon-Rachete-Reprise/b?ie=UTF8&node=1325757031

4 colis envoyés Amazon rachète mais bien emballer vos colis car 3 sur 4 colis ont été acceptés sans problème et crédité sur mon compte Amazon automatiquement. Le 4e a dû subir des outrages car 7 sur 8 articles ont été considérés comme non acceptables et devraient m’être retournés…  😦

Edit de septembre 2015 : depuis le 31/08/2015 Amazon rachète c’est fini !

la librairie Gibert reprend vos livres, CD, DVD : http://www.gibertjoseph.com/sao/sao/quoteRequest/

Là il faut au moins 3 articles à vendre et que le montant soit égal ou supérieur à 20 €. Il vous rembourse soit par virement soit par Paypal.

Edit d’août 2015 : le montant minimum est 15 € si dépôt magasin.Si vous faîtes un envoi par point relais (Mondail relay) ou Chronopost, les frais d’envoi vous seront déduits. Exemple : mes 7 articles (pesant un peu plus de 2kg) seraient repris à 15 euros en magasin (or il n’y en a pas partout en France), ils sont repris 11.50 si je les dépose en relais colis près de chez moi ou 10.50 si envoi en chronopost.

Possibilité de gagner quelques centimes de plus en prenant un compte-tirelire = bons d’achat dans magasin Gibert.

4 colis envoyés Librairie Gibert

******************************

Comment ça marche ?

Vous déposez votre colis soit dans une Poste soit dans un Relais Colis.

Les conditions d’envoi de votre colis sont les mêmes sur ces 3 sites :

La première fois que vous faites un envoi il faut une copie de votre carte d’identité recto-verso.

1) Une fois que le colis est prêt, AVANT de le fermer, glisser le bordereau de cession que vous datez et signez. Ce bordereau est à imprimer à la fin de la saisie de votre transaction.

2) Imprimer puis coller le bordereau d’expédition (souvent colissimo qui vous permet un suivi du colis).

3) A la poste n’oubliez pas de faire apposez le tampon de dépôt.

Rien à payer pour vos envois.

Une fois que votre colis est arrivé, il sera vérifié (état des livres conforme) et il vous sera payé le montant dû selon l’état de vos livres.

C’est tout !

******************************

D’autres pistes :

Je voulais tester discoo.fr pour la revente de CD/DVD…mais il faut au moins 20 articles pour valider une commande…

Si vous avez d’autres sites qui fonctionnent aussi simplement : via un code ISBN et qui permettent de savoir à quel prix on peut les vendre, n’hésitez pas à laisser un commentaire 😉

J’ai trouvé (mais pas essayé) pour les livres d’étudiant d’occasion getboox via cet article ancien (livreo dont il parle n’existe plus), mais avec getboox c’est  vous qui choisissez votre prix de vente.

Edit du 09/05/2015 : un article plus récent sur le même sujet ici.

#Livre Les maîtres du réseau

Les maîtres du réseau-Les enjeux politiques d’Internet est le titre d’un livre de Pierre Mounier publié en 2002.

Certes pas récent et dans le domaine d’Internet ça se ressent vite mais j’ai appris quelques trucs comme le dynamic prizing fait par Amazon.com…

Un passage a retenu mon attention :

[…]

Internet et la révolution numérique, qui permet de faire passer par les mêmes tuyaux, de faire traiter par les mêmes machines des oeuvres aussi dissemblables, ont rétréci l’espace mental de notre époque.

Ce n’est pas seulement des formes d’expression, des idées venues du monde entier qui viennent s’afficher sur nos écrans, mais aussi plusieurs formes d’expression jusqu’ alors condamnées à rester isolées.

Aujourd’hui nous ne lisons plus, nous n’écoutons plus, nous ne regardons plus des oeuvres indépendantes, isolées dans leur singularité esthétique. Nous consommons du contenu ; nous absorbons un flux d’information indifférencié.[…]

#Livre Le principe de Peter

Le principe de Peter est un petit bouquin très fin qui explique la théorie selon laquelle plus on monte les échelons professionnellement, plus on est incompétent.

Il regorge d’exemples sur lequel il étaye sa théorie, exemples souvent pris dans l’administration US…

Bref rappel du principe de Peter par wikipedia

Je me dis ça parfois, devant la paperasse à remplir inutilement, devant des lois pondues à la va-vite sans aucune réelle idée de sa mise en œuvre et quand j’ai en face de moi, quelqu’un qui me débite des âneries alors que c’est sensé être un professionnel…

Mais c’est un principe un peu rapide, capillotracté qui n’est pas toujours vrai contrairement à ce que croit l’auteur du principe (logique :p) comme le pense et le “démontre” cet article :

http://thierry-klein.speechi.net/2005/10/17/du-principe-de-peter-et-autres-aneries/

D’où viennent les scrupules ?

D’où viennent les scrupules ?

A la lecture de cet article qui évoque la difficile réponse : ils sont présents depuis l’Antiquité au moins, mais la culture chrétienne les a, depuis le XVIIe siècle surtout, fait prendre un poids, une place considérables…qui tendent vers des TOCs, tics voire qui confinent à la folie.

C’est aussi dans cet article que j’ai découvert le verbe obérer qui sied parfaitement au sujet.

Mais pourquoi m’intéresser aux scrupules ?
Ah la cheminement de la pensée (la sérendipité ^^) !
J’ai lu, dans un article sur une randonnée pédestre, l’origine latine de ce mot « scrupulum » qui signifie petit caillou pointu (comme celui qui gêne dans la chaussure…ou dans l’esprit ^^)

Oui c’est l’été et les idées de vagabonder (marcher) avec les beaux jours me reprennent et la lecture, en cours, d’Immortelle Randonnée, Compostelle malgré moi de Jean-Christophe Rufin à propos du chemin de Saint Jacques de Compostelle est un régal et relativise, pour l’instant, mon enthousiasme à vouloir faire ce fameux chemin !

Erik Orsenna – Sur la route du papier

Le sous-titre de ce livre est : Petit précis de mondialisation III
donc bien sûr je n’ai pas commencé par le premier…mais je vais voir car celui sur le papier m’intéressait plus et m’a ravi.

J’ai aimé, au travers de courts chapitres, le style, simple dans l’écriture, carnet de voyages sur le thème du papier : ses origines (Chine), la production de papier que ce soit via les moulins ou dans de grosses usines modernes. papier machine comme papier WC en Inde. En France aussi à Grenoble pour le côté recherche scientifique sur le futur du papier « intelligent » avec des données dedans, une encre spéciale…, du côté des Landes, etc.
On découvre plein de régions du monde et d’univers différents tournant autour du papier : création, recyclage, amélioration solidité etc. Le point de vue écologique est abordé aussi.
Mais vers les deux tiers du livre, j’ai eu l’impression de quelques courts chapitres ajoutés sans grand intérêt.
Bref il m’a plu et je vais me pencher vers les deux premiers tomes pour voir s’ils sont aussi agréables à lire.

Pour celles et ceux qui voudraient avoir un avis plus construit/clair que le mien, essayez par là : http://cannibaleslecteurs.com/2012/03/16/sur-la-route-du-papier-derik-orsenna/

********

Voilà ce que j’ai retenu de cette route du papier (notes « perso ») :

p 117 j’apprends ce que signifie le sigle du papier à rouler les cigarettes OCB (Odet-Cascadet 2 villages du Finistère et Bolloré créateur de l’entreprise)…j’apprends par la même occasion que c’est un Breton, Corentin Le Couedic qui a inventé la première cigarette à rouler avec en guise de papier une lettre de sa bien-aimée reçu au front alors qu’il était soldat à Sébastpol en 1854-1855 car sa pipe avait été brisée par une balle.

p 148-149, Erik Orsenna nous raconte que le nom d’une ville québecoise Trois-Rivières est due à une erreur d’un marin de l’expédition de Jacques Cartier qui a vu trois embouchures de rivières là où il y avait deux petites îles dans la rivière.

p 151
Un billot de bois s’appelle une pitoune qui vient de l’anglais Happy Town…et qui signifie aussi belle femme si on en croit le wikitionnaire ou http://www.wikebec.org/pitoune/definition/

p 153 L’auteur nous parle de ce panneau qu’il a vu au Québec.

C’est aussi sur cette même page qu’il nous apprend qu’au village de La Tuque (Québec) sont fabriqués les bâtonnets de glace Häagen-Dazs en bouleau. Voilà une info insolite pour briller ou faire un flop dans vos soirées ^^

p 166 une citation allégorique

Une dernière pensée me porta vers les arbres de ces hautes latitudes : quelle vaillance était la leur de se battre contre une telle hostilité de l’air et de pousser peu à peu, malgré tout !

p 175 une autre citation

Les Soviétiques donnaient des ordres. Une dictature. Puis, attendez que je me souvienne, vinrent des Suédois. On discutait beaucoup mais à la fin, on ne savait pas vraiment ce qu’on avait décidé. c’est depuis que je me méfie de la démocratie.

p 192 une autre plus philosophique

Comme je réfléchis à ce moralisme de la nature (l’effort rend fort, la facilité affaiblit) (…)

p 222
Erik Orsenna glisse qu’il a découvert que des noix d’Aquitaine allaient être cassées en Biélorussie où la main d’œuvre est moins chère et qu’elles revenaient en France « produit de nos régions »…

p 223
Le sigle ERIC signifie Effective Residual Ink Concentration (quantité d’encre restante dans le papier recyclé malgré les traitements). Un ERIC de 0 = page immaculée de blanc.

p 235
Un autre sigle utilisé dans les services de la lutte contre la fausse monnaie à Paris : TRI.
– Toucher (le papier monnaie est particulier)
– Regarder
– Incliner pour voir les hologrammes et encres iridescentes.

p 280
C’est un arbre qui a donné son nom au Brésil, le Pau Brésil, caesalpinia echinata.
Et Brésil signifie « braise » en portugais d’après le wikitionnaire.

p 286
Je découvre l’adjectif égrotante qui signifie maladif/maladive.

Enfin p 293
Erik Orsenna évoque le pédagogue allemand du XIXe siècle Friedrich Fröbel qui  » prône le pliage chez les tout-petits pour les initier à la géométrie. »

Le texte sur la tranche des livres est dans un sens différent selon si édition française ou anglo-saxonne.

Link: Le texte sur la tranche des livres est dans un sens différent selon que l’édition est française ou anglo-saxonne.

Les livres français, sur une étagère, ont la tranche (techniquement le dos) qui se lit en penchant la tête à gauche, c’est-à-dire que le bas des lettres est dirigé vers la (première page de) couverture.
Les éditions anglaises et américaines, elles, ont le haut des lettres dirigées vers la (première page de) couverture de manière à ce que la tranche (le dos) soit lisible quand le livre est posé à plat, couverture vers le haut.