Différence entre résidents et résidants ?

Après avoir vu écrit quelque chose comme « accès autorisé aux seuls résidants » sur une petite pancarte accrochée au mur d’un immeuble je me suis demandé quel était la différence entre des résidants et des résidents.

Pour l’habitant d’une résidence « immeuble moderne à appartements, généralement luxueux », résident reste préféré. Il est souhaitable, pour le bien des usagers, que l’on sorte de ce désordre en maintenant l’opposition résidant adjectif / résident nom.

Source très instructive : http://www.langue-fr.net/spip.php?article152

Autre source avec réponse pas si tranchée que ça : http://forum.wordreference.com/showthread.php?t=1523962&s=b6856946781b217247e021448b77c8a0&p=7687324#post7687324

Prononciation de "yacht"

Une fois de plus c’est Wikipedia qui m’aide à comprendre pourquoi le mot “yacht” se prononce “yôt”.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Yacht

Yacht, (mot d’origine néerlandaise, de « jacht », qui signifie « chasseur », désigne un navire rapide), prononcé « yac », « yat » ou se voulant à l’anglaise « yôt » , est le terme aujourd’hui utilisé pour désigner un grand navire de plaisance à voile ou à moteur[1].

[…]

La mode de la voile de plaisance est venue de Grande Bretagne via l’anglomanie du XIXe siècle et c’est la prononciation se voulant à l’anglaise « yôt », qui s’est imposée pour ce mot hollandais. Cette prononciation est par ailleurs erronée : le « a » de yacht en anglais ne se prononce pas « ô » mais à mi-chemin entre le « o » et le « a » : [jɑːt] .”

Prononciation de "galimatias"

Souvent, en français, à l’intérieur d’un mot si un “t” est suivi d’un “i” il se prononce “ss” comme dans le mot “équation”. Mais comme il y a des exceptions aux règles, dans le mot “galimatias” le t se prononce t.

L’origine de cette prononciation pourrait être liée à son étymologie :

” L’origine exacte de ce mot est obscure [1] ; certains le rapportent à l’argot scolaire de la Renaissance humaniste et en font un composé où gallus (« coq ») désigne un étudiant participant aux discussions réglementaires, avec la terminaison grecque -mathia (« science ») ; d’autres le font dériver du grec byzantin κατὰ Ματθαῖον katà Matthaîon signifiant « selon Matthieu » ; l’Évangile selon Matthieu était récité sur un ton de monotone psalmodie, d’où le sens de « discours, psalmodie ».
Une autre hypothèse est couramment avancée : jusqu’au XVIe siècle, dans les tribunaux, les plaidoiries se faisaient en latin. Ainsi, un jeune avocat défendant la cause de son client nommé « Matthias » et dont le coq importunait le voisinage le matin, se trompa en voulant dire « le coq de Matthias » (soit en latin gallus Matthiae). Or, il dit à la place « galli Matthias » (littéralement « le Matthias du coq ») ce qui provoqua inévitablement l’hilarité générale dans le tribunal. C’est cette bourde, restée fameuse, qui serait à l’origine de notre galimatias.”

source : wikitionnaire ou

éventuellement une autre origine citée par dicocitations :

” Prononciation : ga-li-ma-tiâ ; l’s se lie : un gali-ma-t
Etymologie  : Faut-il le rattacher au bas-latin ballimatia (DU CANGE, ballare), qui signifiait cymbales ; vallematia, dans les gloses d’Isidore, chants et plaisanteries déshonnêtes ; du bas-grec, qui signifiait danse ?”