Hadopi : le vote II, mercredi 29 avril sur vos écrans

C’est donc demain que la loi Hadopi, une première fois rejetée, sera revotée, car Nicolas Sarkozy, accompagnée de sa femme Carla Bruni-Sarkozy, l’a presque promis mercredi dernier à une soixantaine d’artistes dont Patrick Bruel, Michel Jonasz, Françoise Hardy Eddy Mitchell, Claude Lelcouh, Jean Reno, Bertrand Tavernier et Pascal Negre (Universal).
Monsieur le Président a souligné

qu’il ‘était pas décidé à  » légaliser le vol au supermarché de la création »

rapporte une brève du Monde du vendredi 24 avril (p.20).

M. Sarkozy espère une adoption de la loi par les deux chambres le 14 mai.

.

Premièrement le blog l’Express nous explique comment/pourquoi ce projet de loi est voté une seconde fois ?

Deuxièmement, l’article de Christophe Gérard (p.16) du Monde du 24 avril, voit dans » le rejet de la loi Hadopi le symptôme d’une France malade du cumul des mandats ». En effet les parlementaires ne peuvent pas être à la fois au four et au moulin quand ils cumulent les mandats sous faux-prétexte d’être plus proche des préoccupations de « leurs » citoyens locaux alors qu’en tant que parlementaires ils doivent représenter l’ensemble des citoyens…pas facile tout ça !

Sans compter, troisièmement, l’embarras de madame Albanel sur les logiciels libres dans ce projet de loi:

Malheureusement ce n’est pas la seule à ne pas comprendre ce qui est derrière les logiciels libres (dans le cadre de cette loi ou non) : je me rappelle d’une vidéo que je ne retrouve plus (peut-être le petit journal de Yann Barthès sur canal + ?) avec des questions sur le logiciel libre à des députés qui pour beaucoup n’ont pas su répondre franchement, ou en disant « je n’ai pas le temps », ou « je vais me renseigner » et le bel exemple de je n’ai pas compris mais j’ai une excuse en or est Arnaud de Montebourg : « excuse-moi mais j reviens de New-York, alors là je n’ai pas trop le temps » 😮

Pourtant, quatrièmement, les arguments contre ce projet de loi Hadopi sont nombreux sur le net. Je ne citerai ici notamment deux « gros » sites parmi les nombreux sites/blogs qui sont aussi contre ce projet de loi : La quadrature du net et Framablog.

Parmi les articles du Framablog, le plus récent « 3000 jours de retard pour Hadopi » il y a un lien dans le commentaire d’Arct qui renvoie vers un autre très bon article de slate.fr écrit par une jeune fille de 17 ans fan de jazz, qui me fait penser à ce conte cruel des États-Unis.

Slate.fr est encore cité dans PCInpact par rapport à un article sur les 10 propositions de Jacques Attali sur ce projet de loi et les licences globales.

Numerama avait aussi donné 10 bonnes raisons de dire non à la loi Hadopi.
Vous pourrez suivre en direct les débats sur hadopi via cette adresse http://hadopi.numerama.com/ notamment.

Numerama avait publié également un autre excellent texte « Et si la musique enregistrée disparaissait au 21ème siècle« …et c’est fort possible que les supports physiques (CD) concernant la chanson dans un premier temps disparaissent, les « baladeurs numériques » et autres sites de musique en ligne comme Deezer en sont la preuve par leur succès.
Succès de Deezer qui a attisé/attiré les majors qui ont passé des contrats publicitaires notamment avec le site, éliminant de la diffusion en streaming beaucoup d’artistes auparavant diffusés chez eux.
En effet comme l’indique l’article de Numerama cité juste au-dessus :

Quelle règle universelle impose en effet que la musique doit être enregistrée dans un studio (18.200 euros), mixée (9.600 euros), réalisée (18.000 euros), post-produite (9.625 euros), et marketée (65.500 euros) ?

Tout ce fric dépensait pour le matraquage publicitaire c’est énorme ! 😮

Les artistes peuvent aussi se faire connaître par le net comme Grégoire avec MyMajorCompany qui permet aux internautes de produire un artiste en est le témoin. C’est un autre modèle de production musicale où les majors ont moins d’importances donc là elles voient leur avenir s’effacer au profit d’autres systèmes, modèles. Bon faut pas se leurre non plus, le système capitaliste dans lequel nous vivons (et on s’en accomade très bien) va se débrouiller pour s’adapter, nous sommes dans une société de consommation : on ne nous demande pas de réfléchir (ah ben tiens le site de musique libre Jamendo m’a demandé de voter pour eux pari les sites populaires audio de Cnet.com) , on nous demande d’acheter constamment, régulièrement, de jeter et de recommencer.