HandyLinux 1.9 : idéal pour grands débutants, bientôt la v. 2.0

En décembre 2013, j’avais fait un bref article sur HandyLinux qui m’avait déjà séduite par son côté simple à prendre en main par un individu lambda.

Le site HandyLinux  http://v2.handylinux.org/ a été mis à jour assez récemment, il est très clair à comprendre avec moults entrées pour aider les nouveaux utilisateurs débutants (documentation, forum, salon d’entraide, FAQ, tutoriels !) couplées avec un blog très dynamique côté publication d’articles !

En effet, il y a quelques jours, après avoir suivi, avec plaisir et respect (bravo à Arpinux et son équipe de bénévoles),  les articles publiés à un rythme soutenu sur leur blog pour annoncer les nouveautés sur cette distribution (qui ne va pas tarder à sortir la version 2, pour le moment, depuis fin mars 2015, on en est à la 2.0 bêta), j’ai installé la version 1.9 de cette distribution « grand public » basée sur Debian, avec un menu simple par onglets et une personnalisation sur le menu « aventuriers ».

Menu HandyLinux

Menu HandyLinux

Installation et bonnes surprises 🙂

Le mini bémol : pas possibilité depuis la version live-cd de lancer l’installation de la distribution HandyLinux 1.9 sans redémarrer, mais c’est vraiment pour chipoter que je le note ^^

C’est sur mon « vieil » (article d’août 2008 ) ordinateur portable le clevo M720R (721 en fait) que j’ai choisi d’installer HandyLinux (après en avoir testé d’autres en 2009, dont la dernière en date était la poussive Linux Mint 13) pour pourvoir recycler de manière simple et efficace ce vieil ordi pour une personne qui veut juste aller sur le web*, regarder/trier* (* merci @burninghat relecteur officiel 😉 )  ses photos, voire faire un peu de bureautique.

Après une installation très simplifiée, un démarrage relativement rapide, une prise en main satisfaisante pour la personne débutante, deux bonnes surprises :

– l’imprimante EPSON SX215 a été reconnue dès que l’usb était branchée avec imprimante allumée, comme sur Windows ooooh

do not feed the troll

– le lecteur de carte SD intégré à l’ordinateur a (pour la première fois avec Linux) fonctionné* directement (carte SD montée de suite, visible sur le bureau)

Certes la reconnaissance de matériel par Linux a été améliorée depuis 2009 mais ça fait quand même plaisir !

Un bug :/

Un seul bug est à déplorer pour le moment chez moi : dans le navigateur web Iceweasel 37.0.2, les vidéos en ligne (Youtube, dailymotion, viméo…) sont comme des disques vinyles rayés dès que la souris est inactive quelques secondes :/

Ce problème ne se fait qu’avec la vidéo, pas de phénomène son de disque rayé quand j’écoute un fichier son, donc cela viendrait de ma carte graphique.

En allant sur le site handylinux http://v2.handylinux.org/ j’ai testé, un soir, l’entrée « salon d’entraide ». C’est un salon IRC comme l’indique notamment son url http://irc.handylinux.org/

HandyLinux vous propose de vous connecter sur serveur XMPP (jabberfr) ou IRC (freenode).
Choisissez votre salon, votre pseudo, posez votre question, patientez, on arrive 😉

Là, après quelques minutes, un(e) participant(e) m’a aidée de longues minutes, patiemment, d’abord en regardant du côté de la carte graphique, puis  j’ai cru, après une mise à jour de linux-image 3.16.0.0 686pae, que cela avait fonctionné mais non ! Maintenant je vais bientôt poster ma demande sur le forum et advienne que pourra…

Conclusion

Vraiment cette solidarité, ce soutien m’ont vraiment enthousiasmés, donc je recommande aux débutants ! C’est une distribution GNU/Linux  simple, efficace pour le grand public 🙂

Quelques distributions GNU/Linux alternatives faciles d’accès pour ordinateur plus ou moins récents : Elementary OS (site fr), Emmabuntüs, Toutou Linux

Pousser la lecture encore un peu dans les commenatires instructifs de David ci-dessous !

 

Publicités

MAT : pour supprimer les métadonnées de divers types de documents

MAT : Un petit logiciel pratique et  simple, sous Linux, pour supprimer les métadonnées (« EXIF (images), RDF (web resources), DOI (digital documents) ») de divers types de fichiers (images, documents, archives).

Les métadonnées des fichiers donnent une foule d’informations diverses comme pour les images le type d’appareil, la date, les paramètres de l’appareil photo etc. Elles peuvent être utiles pour indexer/classer vos photos par exemple. Mais elles peuvent aussi donner des informations « à l’insu de votre plein gré » et être utilisée ; exemple un article The Guardian 2013 sur la  NSA avec en anglais une infographie sur les métadonnées.

Pour supprimer ses métadonnées il existe le logiciel exiftool (voir vieil article chez Korben ou celui-ci) et même une version graphique (GUI).

En version beaucoup plus simple pour supprimer ces métadonnées sur divers formats d’images mais aussi sur les .docx, .odt, .pdf, .mp3, .ogg, .tar, etc, il y a aussi, sous GNU/Linux, le logiciel MAT (Metadata Anonymisation Toolkit).

Pour l’installer sous Debian/Ubuntu :

– soit vous passez par le gestionnaire de paquets synaptic

– soit dans le terminal :

sudo apt-get install mat


N.B : attention la version dans les (mes ?)  dépôts Ubuntu est la 0.4.2 (stable) or l’actuelle est la 0.5.2.x :/ ->https://mat.boum.org/files/

J’ai installé le paquet .deb de la version 0.5.2.2 ici est l’icône clean se nomme « scour » mais sinon rien de dramatique.

La version 0.5.2.3 est instable avec 1 bug (nom de librairie « lib » trop générique).


Pour Fedora se reporter à l’article source en bas de cet article.

Ensuite en version graphique vous le trouverez en le recherchant dans votre menu, ou dans la partie Administration du menu, ou dans un terminal lancez :

mat-gui

Ensuite l’interface graphique, en anglais est très simple.

1) Ajouter votre fichier dont il faut supprimer les données exif en cliquant sur le bouton Add.

2) Clic sur le bouton « loupe » Check pour que le logiciel indexe les métadonnées. Si le fichier présente des données à effacer, le statut indiquera « préjudiciable ». Vous pouvez voir les métadonnées en double-cliquant dessus dans la fenêtre MAT.

3) Pour le nettoyer un coup de balai  avec le bouton « Clean« . Le statut de votre fichier passera à « nettoyer ».

Voilà plus de métadonnées pour vous pister dans vos fichiers.

Amoureux de la ligne de commande, référez-vous à l’article source ci-dessous.

Source : http://xmodulo.com/remove-file-metadata-linux.html

Installer une imprimante Epson sx440w sous Linux Mint 16

Cette fois-ci l’installation de cette imprimante Epson sx440w sous Linux Mint 16 aura été moins laborieuse que les dernières (cf. mon billet en 2011).

Cela a pris une minute à Linux Mint Petra, après raccordement du câble usb de l’imprimante branchée sur l’ordinateur, pour ne pas trouver de pilote…normal avec Linux :/

Je saisis « pilote impression Epson sx440w pour Linux » dans mon moteur de recherche et j’ouvre un sujet similaire sur un forum à propos de la sx445w sous Ubuntu 12.04.

Là je vois, ô joie, qu’il a noté dans sa demande les pilotes utilisés.

* Version des pilotes :
iscan-data_1.21.0-1_all. deb
iscan_2.29.1-5~usb0.1.lt dl7_i386.deb
iscan-network-nt_1.1.0-2 _i386.deb

Je copie colle le premier dans le moteur de recherche et bing, via cette page,  le graal pour les pilotes d’impression Epson :

http://download.ebz.epson.net/dsc/search/01/search/?OSC=LX

Il suffit d’entrer le nom de son imprimante et un tableau s’affiche.

J’ai choisi selon la date de sortie mes deux pilotes (pour l’imprimante et le scanner).

 

Pour l’imprimante après avoir déroulé la page et cliquer sur accepter apparaissent les pilotes Linux pour architecture i386 ou 64bits, en fichier .deb (celui que j’ai pris), . rpm et .tar.gz. Le mien c’est le epson-inkjet-printer-escpr_1.4.1-1lsb3.2_amd64.deb

Pour le scanner il faut installer deux fichiers : 1) le fichier iscan data (le mien c’est le iscan-data_1.29.0-2_all.deb) 2) le fichier  iscan (le mien c’est le iscan_2.29.3-1~usb0.1.ltdl7_amd64.deb).

Petite subtilité ici : il existe pour les fichiers .deb soit une version ltdl3 (pour Ubuntu 8.04 et <)soit une version ltdl7 (pour Ubuntu 8.10 et >).

Rappel dans le tableau ici :

Attention je n’ai testé que l’impression qui fonctionne ! J’ai essayé le scanner avec les logiciels  ImageScanfor Linux et SimpleScan et le scanner sx440w n’est pas reconnu.

Je ne peux mettre en œuvre la solution proposée dans le forum à savoir passer par le wifi car pas de wifi sur ma tour.

A suivre…

Récupérer ses données avec Linux

Pour récupérer ses données (effacées par mégarde…)

Ubuntu propose, souvent en lignes de commande,  plusieurs applications :

-> foremost dont Korben avait parlé ici : Récupérer des fichiers effacés sous Linux (Ubuntu)

Foremost fin

Foremost crée par défaut dans votre répertoire utilisateur un dossier output. Dossier « cadenassé » dont vous pourrez voir le contenu en mode admin.

->Photorec avec un wiki pas à page très clair et TestDisk aussi bien expliqué in english

PhotoRec en cours

N.B.  🙂 Testdisk est multiplateforme (Windows, Mac, GNU/Linux…) -> http://www.cgsecurity.org/wiki/T%C3%A9l%C3%A9charger_TestDisk

-> ddrescue que je n’ai pas utilisé dont parle la doc ubuntu-fr + des liens vers des discussions sur le forum ubuntu quant à la récupération de ses données effacées. Avec une interface graphique ça sera mieux : http://la-vache-libre.org/ddrescue-gui-offrez-une-interface-graphique-a-ddrescue-sur-ubuntu-et-mac-os-x/

Supprimer ses données sous Linux

Via des lignes de commandes,  pour supprimer ses données de manière efficace plusieurs techniques existent :

-> la méthode citée par Korben  : Comment faire un bon ménage de printemps sur son disque dur sous Linux

J’ajoute à cet article  qu’à la place de shred ( voir la doc-fr ubuntu, cet article en anglais : http://www.ryananddebi.com/2010/01/17/ubuntu-securely-erase-hard-drive-with-shred avec un lien intéressant vers un live cd « Darik’s Boot And Nuke » pour effacer son disque dur http://www.dban.org/ n.b. : la version Windows Eraser.

…on peut aussi utiliser wipe dans un terminal avec une commande du style

wipe -r -i -Q 35 dossieraeffacer

  • -r (est obligatoire) supprime tout le dossier ainsi que ses sous dossier (mode récursif).
  • -i active le mode verbeux
  • -Q 35 écrit des données aléatoires 35 fois dans le fichier.
  • -q est obligatoire pour débuter la suppression définitive de votre dossier.

Source : http://doc.ubuntu-fr.org/wipe

dans lequel vous remplacez dossieraeffacer par le chemin/nom de votre dossier à effacer.

N.B : Shred ne permet de supprimer que des fichiers (ou dd) . Si vous voulez pouvoir supprimer de façon sécurisée un répertoire avec ses sous-dossiers, optez pour Wipe

-> il y aussi l’article court mais clair en anglais de upubuntu : How to Clear/Erase Disk Partitions From The Terminal – Ubuntu / Linux

Je confirme que les deux premières commandes sont relativement bien efficaces…un tiers des données récupérables seulement.

Pas essayé la troisième commande du coup.

Si ça vous intéresse vous pouvez aussi jeter un œil à deux articles d’upubuntu :

How To Delete All Home Files and Folders Of A User Under Ubuntu

How To Delete Only A Specific File Extension Inside A Directory – Ubuntu/Linux

Edit  : sur Twitter @turbovomit me signale la simple commande pour supprimer ses données:

sudo rm -f/

Handy Linux : très simple, idéale pour les débutants :-)

J’ai installé sur un PC de plus de 3 ans cette distribution dont je n’avais pas entendu parler avant : Handy Linux.

C’est une distribution qui se veut très simple

la distribution GNU/Linux sans se prendre la tête…

même son site internet en est le reflet 🙂 http://handylinux.org/

Tout est en français.

L’installation est simple et claire !

Ensuite la présentation en onglets thématiques avec 6 applications maxi par thèmes est très simple, visuelle et ciblent parfaitement les besoins basiques.

Ils ont même ajouté un dernier onglet « aventurier » ^^ pour gérer un peu plus les paramètres.

Seul mini bémol : le verrouillage automatique du clavier au démarrage n’est pas activé.

J’aime beaucoup cette distribution pour les néophytes. Simple et efficace ! Je recommande !

Fredéric Bezies en a fait un article et une petite vidéo pour se faire une idée :

Quel système de fichier > à 4Go choisir : exFAT ou NTFS pour Mac/Linux/Windows ?

J’ai retrouvé lors de mes fouilles (ça sert de déménager ^^) un disque dur externe de 500Go…vide !

Il était en NTFS.

Visible sous Linux : impec 🙂

Je le branche sous Mac Lion…ah il le reconnaît, le monte mais niveau autorisation le disque dur est en lecture seule 😦

Je regarde rapidement comment changer les permissions (terminal et chmod/chown..bref déjà vu sur Linux et pour cause ^^) mais je choisis de ne pas me casser le bol et j’installe BatChmod…mais ça ne fonctionne pas 😦

Je regarde sur le net et j’apprends que NTFS n’est pas « nativement » reconnu par Mac.

Alors, quel système de fichier choisir sur son disque dur pour pouvoir sauvegarder des fichiers > à 4Go sur Mac, Linux et Windows ?

En guise de système de fichiers y’a pas trop le choix.

Le plus commun, pour des fichiers inférieurs à 4 Go c’est le fameux FAT32 qui est reconnu sur Mac, Windows ou Linux.

Oui mais quand on a des fichiers à sauvegarder supérieurs à 4 Go ben exit le FAT 32, et pour qu’il soit lisible sur les 3 OS précédemment cités ce n’est pas gagné vu que c’est encore Microsoft qui a pondu le successeur de FAT32 à savoir exFAT.

Je choisis de rester sous Mac Lion et de tester cette solution gratuite pour activer l’écriture NTFS sur mac 🙂

J’essaie un première fois, ça fonctionne même s’il y a l’erreur dont parle l’article.

Je débranche et rebrancher et cette erreur réapparaît donc je tente les commandes et le script proposé par Pause Café…mais là, mac reconnaît sans le montrer sur le bureau le disque dur externe donc impossible de le retrouver et d’écrire dessus.

Je suis la procédure de désinstallation de keno974 de Pause Café de NTFS-3G qui se désinstalle sans souci mais pas macFuse…pas grave, je ne réinstalle donc que NTFS-3G 2010 10.2 …et je ne corrige pas l’erreur « Did not receive a signal within 15.000000 seconds ».

Et là plus de problème, mon fichier NTFS est en lecture/écriture et visible sous les 3 O.S. 🙂

J’ai quand même installé au cas où j’oublierai ^^ exFat sur mon Linux en suivant l’article de la documentation d’Ubuntu-fr :

http://doc.ubuntu-fr.org/exfat