Différence entre champagne, mousseux, crémant ?

Période de fêtes oblige, ne connaissant pas la différence entre ces 3 appelations, j’ai cherché sur le net.

Version courte :

L’appellation Crémant de champagne a été utilise pour des champagnes avec une mousse plus légère dite crémeuse (pression autour de 3-3,5 atm).

Le champagne EST un vin mousseux”.

Version loooonnnngue (mais plus savoureuse 😉  ) :

*** Première réponse simple et assez courte ici :

Le champagne EST un vin mousseux : les producteurs s’efforcent de le passer sous silence par souci marketing et faire croire qu’il y a une différence, mais l’appellation exacte est ‘vin mousseux de Champagne’. […]

Les autres vins mousseux sont produits dans d’autres régions et n’ont donc pas droit à l’appellation champagne, c’est tout.

————————-

*** 2e type de réponse plausible extra courte et plus technique sur yahoo questions réponses :

y a une difference de fabrication:

les champagnes subissent une deuxieme fermentation en bouteille suivant un processus bien etabli qui peut prendre des années (methode champenoise)

les mousseux subissent leur deuxieme fermentation en cuve fermée, production en masse plus rapide.

y a meme une methode qui fait un peu des deux (clairette De Die)

Resultat en qualité certaine: mousseux en général tres fruité à consommer jeune. Les champagnes sont plus typés, ont un fruité plus subtil, ceci due a l’interaction avec les lies de fermentation dans la bouteille pendant des mois, voire années

————————-

*** Un Crémant de Champagne selon wikipedia est :

L’appellation Crémant de champagne a été utilise pour des champagnes avec une mousse plus légère dite crémeuse (pression autour de 3-3,5 atm).

Les plus réputés furent le crémant de Laurent Perrier et le crémant de Mumm.

Aujourd’hui cette appellation est réservée aux méthodes champenoises des autres régions viticoles.

Ceci suite à la loi n° 75-557 du 4 juillet 1975 tendant à réserver l’emploi du mot “crémant” aux vins mousseux et vins pétillants à appellation d’origine.

À ne pas confondre avec Cramant un village de la côte des blancs.

Differentes tailles de bouteilles de champagne

————————-

*** Enfin wikipedia et son article sur le vin de Champagne très dense, instructif et avec des détails que j’ai trouvés intéressant à noter :

-Concernant les cépages :

Ainsi donc, le plus célèbre des vins blancs est majoritairement issu de raisins noirs.

– Concernant la vinification :

La première fermentation, appelée fermentation alcoolique est identique à celle que subissent les vins tranquilles (c’est-à-dire non effervescents).

[…]

En début d’année (qui suit la récolte), les vins sont suffisamment clairs pour être goûtés et procéder à l’étape de l’assemblage qui mélange en proportions variant à chaque année des vins de cépages, terroirs et millésimes différents (aucune autre A.O.C. en France ne permet ce type de mélange de vin de différents millésimes).

Quoi qu’il en soit, au moment d’embouteiller le vin de base ainsi obtenu, on lui ajoute la liqueur de tirage, composée de levures et de sucre. Cela enclenchera la dernière fermentation, dite prise de mousse. C’est cette deuxième fermentationdioxyde de carbone.La bouteille est alors bouchée avec une capsule métallique analogue à celle des bouteilles de bière. qui va donner naissance aux bulles de

Cependant, cette deuxième fermentation produit des lies abondantes dont on devra débarrasser le vin par la suite.

[…]

Après ce vieillissement, on rangeait autrefois les bouteilles sur des étagères appelées « pupitres » où elles étaient penchées le goulot vers le bas. Chaque jour, les bouteilles étaient remuées, c’est-à-dire tournées d’un quart de tour, d’un mouvement sec, afin de décoller les lies de la paroi de la bouteille et de les faire descendre vers le goulot. Cette technique est devenue anecdotique chez les négociants mais se pratique encore chez les petits vignerons qui ne sont pas équipés de moyens d’automatisation. Au bout de quelque temps, toutes les lies sont rassemblées dans le col, contre la capsule. Pour chasser le dépôt, on gèle alors le col dans un bain de saumure à -25°C et on ôte la capsule ; le dépôt est expulsé par le gaz sous pression, c’est l’étape du dégorgement. Le volume de champagne ainsi perdu est remplacé par un mélange de vieux vin et de sucre, appelé liqueur d’expédition : c’est l’étape du dosage. La quantité de sucre présente dans la liqueur va déterminer si le champagne sera brutsec ou demi-sec.

 

 

– Concernant les bouteilles, leurs noms en fonction de leurs contenances :

La bouteille de champagne classique a une contenance de 75 cl ; elle est plus épaisse et résistante que les bouteilles de vin courantes afin de résister à une pression des gaz de six atmosphères. Le fond du flacon est aussi fortement creusé pour la même raison, ce qui permet au remueur de bouteilles de pouvoir y glisser son pouce. Cependant une seule marque propose une bouteille à fond plat transparente, il s’agit de la célèbre cuvée « Cristal de Roederer ». Le tsar Alexandre II de Russie qui craignait pour sa vie, avait exigé ce type de bouteilles afin de vérifier facilement qu’aucune bombe ne soit dissimulée dans le renforcement de la bouteille.

Les négociants champenois ont créé au XIXe siècle une série de bouteilles de différentes contenances[…]

Le choix de noms bibliques restent pour le moment inexpliqué. Certains ont voulu y voir l’empreinte des familles protestantes qui sont venues s’installer en Champagne. En fait, il semble que la source de cet usage soit beaucoup plus ancienne car dès les années 1370 on trouve la trace du « jéroboam », appelé « roboam » et du « balthazar » dans l’œuvre poétique d’Eustache Deschamps [6].

[…]

Un moyen mnémotechnique rend les principales tailles de bouteilles dans l’ordre croissant de contenance : « Car de bon matin je remarquais sa banalité » (Quart / Demi / Bouteille / Magnum / Jéroboam / Réhoboam / Mathusalem / Salmanazar / Balthazar / Nabuchodonosor).

 

– Concernant les bouchons de champagne :

Au-dessus du bouchon, une plaque en fer-blanc est maintenue, avec le bouchon, par du fil de fer préformé, appelé muselet. Cette plaque empêche le fil de fer de s’enfoncer dans le bouchon. Le muselet est repris sur la collerette du goulot, et maintient le bouchon qui ne peut alors plus être éjecté par la pression dans la bouteille. Les plaques de muselet (également appelées « capsules » dans le langage courant) sont devenues l’objet d’une collection, la placomusophilie.

Le vieux centre de la ville de Troyes est en forme de bouchon de champagne.

 

– Concernant son nom (AOC):

Le mot « champagne » lui-même est également protégé avec une grande vigilance.

Ainsi la commune de Champagne, 660 habitants, située dans le canton de Vaud en Suisse a dû renoncer à mentionner le nom de Champagne sur les vins (non pétillants) produits dans son terroir de 28 hectares, dans le cadre d’un accord international intervenu entre la Suisse et l’Union européenne en décembre 1998.

Pour cette même raison, la firme Yves Saint-Laurent a dû interrompre le lancement d’un parfum qu’elle avait nommé Champagne. Le nom du parfum a finalement été changé, il est actuellement commercialisé sous le nom Yvresse.

 

 

– Concernant les critères de qualité d’un champagne :

  • L’aspect visuel des bulles: Dans les meilleurs champagnes, les bulles sont petites et montent en colonnes ininterrompues depuis le fond du verre. Lorsque les bulles sont grosses et apparaissent de manière aléatoire, c’est un indice de faible qualité. Si vous ne voyez pas de bulles, soit le verre est parfaitement lisse et propre (plutôt rare), soit le vin est défectueux.
  • Le goût des bulles dans la bouche: Plus le champagne est fin moins les bulles vont sembler agressives en bouche. il ne faut pas que les bulles vous rappellent une boisson gazeuse.

– Concernant le service du champagne :

En premier lieu, il est nécessaire de savoir que lorsque l’on ouvre une bouteille de champagne, le bruit d’un bouchon qui saute se fait au détriment de la sensation gustative, même si ceci est réalisé au profit du côté festif. Il est donc primordial de renoncer au bruit et de toujours retirer le bouchon avec délicatesse pour garder toute la saveur. Rappelons aussi qu’un bouchon de champagne incontrôlé peut atteindre une vitesse de près de 15 m/s (soit 50 km/h).

 

Qu’elle soit dans un seau à champagne ou au réfrigérateur, la bouteille de champagne ne doit pas rester à la lumière et surtout pas être exposée à la lumière de néons, car la lumière lui donne assez rapidement un goût détestable – ce conseil est valable pour tous les vins à bulles. Il est donc conseillé de couvrir ou d’emballer la bouteille d’un linge fin ou au mieux – de façon plus raffinée – avec du papier de soie.

 

– Concernant les expressions sabler le champagne et sabrer le champagne :

La question de savoir s’il faut dire sabler ou sabrer le champagne revient souvent au moment d’en ouvrir une bouteille. Elle est souvent prétexte à de plaisantes polémiques. Les deux se disent mais ne signifient pas la même chose.

À l’origine, Sabler le champagne signifiait : boire d’un trait. L’expression vient du mot sabler au sens de couler de la matière en fusion dans un moule en sable. Par analogie avec l’opération, on désigne métaphoriquement l’action de verser d’un trait le vin dans son gosier par ce terme technique.

 

– Concernant la santé :

Ses qualités :

  • Son gaz carbonique provient uniquement de la seconde fermentation et n’est pas artificielle, comme l’est celle de certains vins mousseux et des boissons gazéifiées.
  • Le champagne n’irrite pas l’estomac malgré un pH très faible, il ne nuit pas à la digestion, mais l’améliore, en dissolvant les graisses et en évitant les ballonnements.
  • Comme tous les vins blancs secs, il est diurétique et aide à éliminer les excès.
  • Il est riche en sels minéraux assimilables, en particulier en potassium, en calcium, en magnésium et en soufre, et possède donc des propriétés dépuratives, détoxicantes et anti-inflammatoires. Il agit ainsi sur les rhumatismes, les rhumes et les allergies.
  • Il contient aussi des oligo-éléments, dont le zinc, utile à la régulation de l’influx nerveux, et avant l’utilisation des anxiolytiques, le champagne était reconnu comme antidépresseur et anxiolytique. Il contient aussi du phosphorelithium importants pour la régulation des humeurs. et du

Une réflexion sur “Différence entre champagne, mousseux, crémant ?

  1. Eden dit :

    Super article qui récapitule bien ! Merci !

    La fin a cependant été coupé et le mot « dioxyde de carbone » est collé à « deuxième fermentation » au lieu d’être une ligne plus beau, non ?

    A+ et bonne rédaction des nouveaux articles 😉 .

    Eden.

Les commentaires sont fermés.