La mémoire comme oubli

La mémoire comme oubli – Carnets de La Grange

Nous oublions le reste sur nos ordinateurs, nos étagères afin d’être libre d’envisager notre univers local quotidien. La mémoire et les répertoires pérennes ne sont utiles que si l’ensemble de la collectivité les fait vivre. Nous « possédons » individuellement dans nos civilisations occidentales une quantité d’information nettement supérieure à tout ce que nous avons pu avoir dans le passé. L’angoisse de la perte et de l’oubli est un thème qui est souvent évoqué.

Cependant, l’enjeu est bien souvent dans un monde hyperconnecté d’apprendre à disparaître plutôt que de conserver. Toute l’ambiguité est là.

Publicités