Les créatifs culturels et les sel

C’est dans la rubrique Je m’intéresse à que je poste cet article donc aucun rapport nécessaire avec l’informatique.
Ambiance (utopiste ?) style Flower Power :

free music

Les  » créatifs culturels » d’après le site creatifsculturels.fr :

Les créatifs culturels partagent un même rejet de la société de consommation, une attention portée à l’écologie et une recherche d’un équilibre intérieur. D’une sensibilité profondément humaniste, il s’agit pour eux de replacer l’homme au cœur de la société. Ils sont plus concernés que la moyenne de la population par des valeurs spécifiques que l’on peut regrouper autour de 6 axes :

– l’écologie et le développement durable : bio consommaction méthodes naturelles de santé,

– la reconnaissance des valeurs féminines : place des femmes dans la sphère publique, coopération et préoccupation par rapport à la violence,

– être ou paraître : prédominance de l’être par rapport à l’avoir et au paraître,

– la connaissance de soi : connaissance de soi, ouverture aux autres, dimension spirituelle,

– l’enjeu sociétal : implication individuelle et solidaire dans la société, dans le social avec une dimension locale,

– l’ouverture culturelle : le respect des différences et le multiculturel.

Les « créatifs culturels » ne sont pas un mouvement « New Age », ni un effet de mode passager. Cette expression est le résultat d’études sociologiques précises qui dressent un portrait des courants socio-culturels existants dans la société actuelle.

C’est une philosophie de vie qui me plaît bien, je ne savais pas que cela s’appelait comme cela, mais bien sûr car selon wikipedia fr :

Un autre trait marquant de ce groupe est l’absence, à l’heure actuelle, de conscience de sa propre existence. Autrement dit, la plupart des personnes entrant dans la catégorie des « Cultures Créatives » se croit relativement isolée, et l’estimation de la proportion de population partageant les mêmes convictions, de la part des personnes interrogées dans le groupe, s’étale seulement entre 1 et 5 %.

Un long reportage sur un groupe de « créatifs culturels » (les commentaires disent les bobos) devant Beaubourg :

——————————-

Les sel ce sont des Systèmes d’Echanges Locaux, selon wikipedia fr :

Un système d’échange local (ou « SEL ») est un système d’échange alternatif, construit à côté du système d’échange économique dominant. Les SEL prennent la forme de réseaux à but non lucratif, implantés localement, et qui permettent à leurs membres de procéder à des échanges de biens ou de services sans avoir recours à la monnaie traditionnelle.

D’autres sites sel : servisphere et transversel ou sel’idaire par exemple.

L’idée générale a l’air pas mal même si des critiques disant que ce n’est qu’une parodie du système mondial commercial…

Les limites semblent floues encore dans l’idée de travail pour rendre service. Exemple, toujours d’après wikipedia fr :

En France, les transactions réalisées dans le cadre du SEL sont exonérées de T.V.A. et d’impôts que dans la mesure où il s’agit d’une activité non répétitive et ponctuelle, type « coup de main » et n’entrant pas dans le cadre d’une profession.

En 1998, le procès en appel de trois adhérents du SEL Pyrénéen a abouti à leur relaxe. En septembre 1996, dans un petit village de l’Ariège, deux adhérents du SEL ont aidé un troisième à réparer son toit. Après dénonciation d’un voisin et enquête de la gendarmerie, les trois adhérents ont été poursuivis pour travail clandestin et utilisation de travailleurs clandestins, condamnés par le Tribunal de Foix le 06/01/98 puis relaxés en appel à Toulouse le 17/09/98 car les conditions caractérisant un travail clandestin n’étaient pas réunies.

J’ai mis en gras l’origine du procès dans cet affaire…

Jean-Paul Sartre ne disait-il pas : « L’Enfer c’est les autres » ben oui quoi je me devais de contrebalancer deux exemples de pratiques humaines positives (les créatifs culturels et les sel) par un brin de réalisme philosophie :mrgreen:

6 réflexions sur “Les créatifs culturels et les sel

  1. Stellaire dit :

    Petite parenthèse d’introduction: J’avoue être assez déstabilisé par les articles de ton blog depuis quelques temps, non pas qu’ils ne soient pas intéressants mais autant leurs sujets que leurs constructions différent tellement de ce qu’on y voyait avant qu’on les dirait écris par une autre personne. Ça n’est en aucun cas une critique visant à te dire que c’était mieux avant ou que tu devrais t’en tenir aux sujets traitants d’informatique🙂

    Pour en revenir au sujet. Les créatifs culturels, ça n’est pas ce qu’on appelle tout simplement des humanistes ? Enfin quand je lis la description je me dis que ce sont des humanistes ayant intégrés les problématiques du 21ème siècle.

    Je trouve cependant dommage que la description qui en est faite soit aussi idéalisée. A la lire le « créatif culturel » est un être éclairé et ouvert d’esprit, œuvrant toujours à l’amélioration de l’humanité. Dans les faits, pour en avoir côtoyé un certain nombre, ce sont surtout des marginaux décalés et moralisateurs, dont les valeurs, si belles en théorie peuvent s’avérer de vrais calamités, notamment quand elles sont inculqués a quelqu’un qui n’a pas le recul suffisant pour en faire le tri, les enfants par exemple.

  2. daria dit :

    J’avoue que depuis quelque temps je fais des billets différents, enfin il me semble, je teste « la ligne éditoriale » daria blogue tout et surtout n’importe quoi. Y’en a pour qui ça marche, moi non pas grave je teste.

    Oui les humanistes cela semble aussi bien aller à ce groupe de créatifs culturels, bien vu une fois de plus Stellaire🙂

    Je ne connais pas de créatifs culturels, enfin je ne crois pas :mrgreen: donc pas de retours à donner sur eux. De belles théories inculquées à n’importe qui n’ayant pas le recul suffisant pour faire le tri peuvent être une calamité effectivement.

    Merci pour ton commentaire 😀

  3. Stellaire dit :

    Concernant la ligne éditoriale j’ai répondu à ta question sur Pownce🙂

    Pour ce qui est des Créatifs culturels, j’avoue avoir un a-priori. J’ai en grande partie été élevé par l’un d’eux. Même si je ne regrette pas cette partie de ma personnalité (on regrette rarement ce qu’on est de toute façon) j’ai mis des années a relativiser ces enseignements parfois tellement décalés qu’ils en devenaient de vrais freins à une vie équilibrée.

    Dans les faits leur recherche du « mieux » est souvent due à un dégout profond de ce qui les entoure. Ils ont une tolérance quasi infinie pour tout ce qui est différent, minoritaire et décalé mais peuvent devenir de vrais dictateurs si ils se retrouvent confrontés dans leur quotidien a quelque chose d’usuel qu’ils désapprouvent. J’ai souvenir de bouteilles d’huile allant à la poubelle parce que ce n’était pas de l’huile d’olive pressée a froid et que les autres sont mauvaises pour la santé, ou d’en voir un quitter la table sans manger parce que leur hôtes avaient utilisé un micro-onde (si cancérigène et totalement marketing) pour décongeler la nourriture. J’ai des centaines d’anecdotes de ce genre qui permettent de relativiser la soi disant tolérance de ces « éclairés ».

    Pour autant la plupart de leurs valeurs sont bonnes, saines et rendraient sans doute l’humanité meilleure. J’ai pris l’habitude de les écouter et de faire mon tri de mon coté pour garder ce qui est « faisable sans oublier les travers humains ».

  4. daria dit :

    Oui merci pour ta réponse sur Pownce😉

    Du coup je veux bien d’autres anecdotes glop ou pas glop sur les créatifs culturels ici ou sur Pownce, je pourrai ptet identifier dans mon entourage des créatifs culturels…

  5. Stellaire dit :

    Heu non. Enfin je pourrais en sortir pendant des heures mais ça ne leur rendrait pas justice et ça tournerait en rond. Qui plus est ça reste des choses que j’ai mal vécu (ben quand il quitte la table c’est au reste de la famille de s’excuser auprès des hôtes en essayant de faire bonne figure alors qu’on a honte) et déballer ces anecdotes aurait un coté « vengeance » qui ne serait pas objectif et qui me dérangerait au plus haut point.

    Des anecdotes positives je n’en ai pas. Enfin si j’en ai, bien sur et heureusement, mais pas au sens ou on pourrait l’entendre. Il faut bien se rappeler que tout cet enseignement est décalé et anti-conformiste, même si sur le moment, ou détaché de tout contexte ça peut paraitre merveilleux il n’en reste pas moins qu’après on se heurte au quotidien, au monde réel, conformiste, routinier, mécanique. D’expérience, donner à un enfant la volonté d’être anti-conformiste est sans doute une des pires chose qu’on puisse lui souhaiter, car les autres enfants, contrairement aux idées reçues, n’ont aucune imagination, ne souhaitent que se conformer à leur parents et rentrer dans un moule bien confortable ou ils se sentent intégrés au reste du groupe.

  6. daria dit :

    Ok Stellaire.

    Pour généraliser à gros traits : pour les enfants au début les parents sont le modèle, à l’adolescence un contre-modèle et ensuite adulte on fait souvent en fonction de notre éducation…

Les commentaires sont fermés.