Le gratuit c'est du marketing !

Le magazine Que Choisir ? du mois de mai 2007 offre plusieurs articles intéressants notamment un sur le marketing « L’illusion du gratuit ».

Côté consommateurs cela donne des comportements mangeurs de temps et parfois lourds (comme celui qui compte le nombre d’allumettes pour éventuellement demander réclamation au magasin si ce nombre n’est pas le même qu’indiqué sur la boîte d’allumettes ! 😯 ).
Comportement induit par cette devise : « Pourquoi payer ce que l’on peut avoir gratuitement ? »
Etre radins (cf site du même nom) serait devenu tendance (waow! 😆 )

Robert Rocherfort, auteur du livre Le bon consommateur et le mauvais citoyen a une analyse très pertinente (normal c’est son boulot 😆 ) : « Du point de vue conceptuel, le gratuit laisse croire au consommateur qu’il échappe au marché. C’est en cela qu’il va plus loin et entretient une certaine utopie ».

Côté vendeurs : les promos fleurissent tout au long de l’année durant lesquelles « sous couvert d’une réduction de 50%, on pousse le consommateur à la consommation. »
Philippe Moati, prof d’éco à Paris VII, affirme qu’ « au moyen d’éléments non marchands, les marques tentent de capter l’attention d’un public, de créer un lien affectif avec lui ou de fédérer une communauté autour d’elles…puis de valoriser cette audience directement ou bien en monnayant auprès d’autres acteurs marchands l’accès à ce public. » Exemples : Google ou la presse gratuite…

De tout ceci s’ensuit une perte des repères par les consommateurs au niveaux des prix réels des objets. Philippe Moati continue  » Il y a désormais une déconnexion totale entre le coût réel des choses et leur prix. Autrefois, celui-ci était calculé à partir du coût de revient de l’objet auquel s’ajoutait la marge du commerçant, alors qu’aujourd’hui il correspond à la valeur que le consommateur lui accorde. »
Exemples : la 2nde paire de lunettes offertes, le prix d’un vêtement (jean) qui peut quintupler selon la marque !

Jean-Jacques Goldman a touché juste dans sa chanson Les choses (Extrait de l’album Chansons pour les pieds »)…

(C’est pas de la conclu ça :mrgreen: 😆 )

PS : J’allais oublié leur petit encart sur Microsoft 😈 dont je ne vous cite que le début 😉
« Pour assurer ses confortables revenus, Microsoft sort à intervalles réguliers une nouvelle version de son système d’exploitation vedette. Impossible d’y échapper car, au bout d’un certain temps, il ne sera plus possible d’installer de nouvelles applications sur son PC. Non content de nous faire racheter ce que nous avions déjà, le géant de l’informatique en profite pour augmenter au passage ses tarifs. » Exemple : le prix de Vista.